Catherine Pierrat, Psychologue à Aix, Luynes

220 avenue André Chamson 13080 Aix-en-Provence (Luynes)

Psychologue Aix-en-Provence
Psychologie adultes / / Par Catherine Pierrat

La juste distance dans la communication et les relations

 

Une relation, c’est une rencontre entre deux personnes au moins, c’est à dire deux caractères, deux psychologies particulières et deux histoires. La relation que vous entretenez en thérapie avec votre psychologue peut être éclairer par ces concepts fondamentaux de psychologie.

La relation dépend donc de la personnalité de chaque individu et du contexte dans lequel la relation naît (environnement, circonstances, etc.).
Par ailleurs, là où il y a échange interpersonnel , il y a des risques:

L’intrusion : un tiers intervient dans la relation

La non-réponse : le récepteur n’a pas entendu ou fait mine de n’avoir pas entendu

Le blocage : l’émetteur et le récepteur restent sur leurs positions respectives, leur désaccord empêche la poursuite de la relation.

Autres risques :

La perte de clairvoyance et d’objectivité
Le manque de raisonnement rationnel parce que l’on est affecté, touché émotionnellement

La juste distance n’est alors pas en place ce qui peut nuire à la bonne communication !

La communication

 

= une transmission d’information
= une relation de partage et d’échange
= une mise en commun de sentiments et d’émotions entre des personnes.
La Communication interpersonnelle est fondée sur l’échange de personne à personne, chacune étant à tour de rôle l’émetteur et/ou le récepteur dans une relation de face à face .
On dit parfois que la communication est «  holistique », c’est-à-dire qu’elle fait intervenir :
le tout de la personne (communication verbale et non verbale)
l’environnement (possibilité d’interférences environnementales dans la communication).

La communication est fondamentale et essentielle pour l‘être humain :
« on ne peut pas ne pas communiquer ».

Que l’on se taise ou que l’on parle, tout est communication.

Nos gestes, notre posture,
nos mimiques, notre façon d’être, notre façon de dire, notre façon de ne pas dire, toutes ces choses « parlent » à notre récepteur

Seule 7% d’une communication est verbale (le sens des mots).
38% de cette communication est vocale (l’intonation et le son de la voix),
55% est visuelle (expression du visage et langage corporel).
Pourtant c’est habituellement la partie du discours à laquelle on apporte le plus d’importance.

La « juste » distance :«juste» se définit dans le Larousse par «qui est conforme à une exigence, à une règle »

La distance est la séparation de deux points dans l’espace de deux objets éloignés l’un de l’autre par un écart mesurable.
Selon l’étymologie latine, il s’agit de «se tenir debout» (stare, statio) en étant séparé de l’autre par un espace plus ou moins important (la proxémie)
Edward HALL, anthropologue américain, a décrit la proxémie qui est la distance physique qui s’établit entre des personnes prises dans un échange de communication.
Cet espace personnel  varie selon les personnes, la relation établie, les habitudes culturelles et certains facteurs personnels.
Il a formalisé les distances , selon les différents usages de communication et les a classées en quatre distances:
*La distance publique : elle est de plus de 7 mètres, et se situe en présence d’un grand nombre de personnes, comme dans le cas de conférence.
*La distance sociale : c’est la distance propre à une relation professionnelle ou commerciale, elle se situe entre 1,20 à 3,60 mètres environ, elle implique un certain détachement. A cette distance, on se sent en sécurité, ce qui permet de  communiquer librement et les émotions sont généralement bien maîtrisées
*La distance personnelle : elle est synonyme d’une bonne entente entre les interlocuteurs et correspond à une distance évoluant entre environ 0,45 à 1,20 mètres. C’est une distance favorisant un échange bénéfique, on se sent proche et compris, le dialogue est fluide.
*La distance intime : laisser entrer quelqu’un en dessous de la distance personnelle signifie qu’il existe une relation privilégiée entre ces personnes elle pénètrent alors dans leur bulle de protection. Il s’agit d’un espace qu’il convient de respecter afin que la personne ne se sente pas agresser dans son intimité.
Nous savons tous que les animaux possèdent un territoire qu’ils défendent, et au regard de toutes ces constatations, il apparaît que l’homme aussi possède son territoire.
Ce territoire est un espace que chacun reconnaît comme sien, comme une sorte de prolongement de son corps, nommé « bulle de protection » et dont le corps est le centre.
En prêtant attention à cette distance de confort, dans laquelle nous sommes pleinement à l’aise, nous favorisons une bonne communication avec les autres.

Les clés de l’efficacité dans la communication:

*L’écoute active qui est un élément fondamental conditionnant la qualité de la communication. Elle vise à faciliter l’expression de l’autre. Elle se manifeste notamment à travers la capacité à reformuler les propos de son interlocuteur.
Les principales caractéristiques de l’écoute active sont les suivantes :
L’acceptation inconditionnelle de l’autre
Elle consiste à éviter/refuser tout jugement sur ce que l’autre exprime.
La neutralité bienveillante
Elle représente un engagement positif, sans jugement.
L’authenticité
Elle exprime l’intérêt réel de chacun des acteurs pour l’expression de l’autre. Elle permet d’instaurer un climat de confiance.
La congruence
C’est montrer un alignement cohérent entre ce que l’on ressent, les actions que l’on mène, les idées que l’on a et les paroles que l’on formule, c’est l’alignement entre ce que l’on est, ce que l’on fait et ce que l’on dit.

On parle d’une écoute compréhensive et non interprétative ou évaluative.
*L’empathie
C’est une aptitude, une volonté qui nécessite de contrôler ses propres réactions socio-affectives afin de se rendre disponible. C’est une manière de ressentir ce que l’autre ressent.
*La compréhension empathique se définit comme une compréhension intérieure, exacte du monde de l’autre.
« Sentir le monde privé de l’interlocuteur comme s’il était le vôtre, mais sans jamais oublier la qualité du : « comme si » telle est l’empathie…
L’intégration du « comme si » ne laisse pas place à la confusion entre ce qui est de soi et ce qui est de l’autre dans l’empathie.
En ce sens, l’empathie peut caractériser une « juste distance » entre soi et
autrui, à la fois capacité à comprendre de l’intérieur la singularité d’autrui
et cette capacité à ne pas la confondre avec la sienne.

Métaphore : « Les hérissons de Schopenhauer »

Un été, une famille de hérissons, vint s’installer dans la forêt, mais l’hiver arriva et il se mit à faire de plus en plus froid; les hérissons grelottaient toute la journée et la nuit, tant ils avaient froid, ils ne pouvaient fermer l’œil. Aussi, un soir, ils décidèrent de se serrer les uns contre les autres pour se réchauffer, mais s’enfuirent aussitôt aux quatre coins de la forêt, avec leurs piquants, ils s’étaient blessés le nez et les pattes..
Et chaque fois qu’ils essayaient de se rapprocher, ils se piquaient le museau. Alors, tout doucement, petit à petit, soir après soir, pour avoir chaud, mais pour ne pas se blesser, ils s’approchèrent les uns des autres, ils abaissèrent leurs piquants, et avec mille précautions, ils trouvèrent enfin la bonne distance. Et le vent qui soufflait, ne leur faisait plus mal, ils pouvaient dormir, bien au chaud, tous ensemble…

A MÉDITER…………………….ET APPLIQUER !

Laisser un commentaire

Top

Catherine Pierrat, psychologue pour enfant, adolescent, adulte et couple à Aix-en-Provence.

220 avenue André Chamson 13080 Aix-en-Provence, Luynes

+33 6 22 78 56 20