Catherine Pierrat, Psychologue à Aix, Luynes

220 avenue André Chamson 13080 Aix-en-Provence (Luynes)

Psychologue Aix-en-Provence
Psychologie adultes / / Par Catherine Pierrat

Faire face aux changements


Tout au long de notre vie, nous vivons
des changements et des transitions!

Définitions :

* La notion de changement est une réalité concrète et objective vécue par un individu (un déménagement, une séparation, un nouvel emploi, etc.)

*La notion de transition constitue la partie subjective du changement = adaptation interne, psychologique, que l’individu opère face à ce changement.

C’est cette partie subjective et la façon dont l’individu va la gérer, qui détermine le degré de difficulté et le temps nécessaires de l’adaptation et l’acceptation de la nouvelle situation.

Les changements font partie de l’évolution.

Nous sommes le produit d’une évolution faite de multiples changements :

Notre vie est faite d’une succession de changements qui nous permettent d’avancer et d’évoluer.

On distingue 4 grandes étapes dans la vie:

1. La sortie de l’enfance et le passage à l’autonomie, qui permet à chaque individu de développer son identité propre

2. Le cap de la trentaine, synonyme du passage à l’âge adulte et de prise de décisions parfois lourdes

3. Le cap de la quarantaine, appelée parfois « crise de milieu de vie », placé sous le signe du bilan et du renoncement à certaines illusions, mais aussi de découverte sur soi et sur ce que l’on souhaite être réellement

4. Le passage à la vieillesse, déterminée par la recherche de sens à la vie et de réflexion profonde sur soi.

A ces 4 grandes étapes s’ajoutent des transitions liées aux changements professionnels qui peuvent eux-mêmes générer des changements personnels (mutation, changement de poste, etc.).

Ces transitions professionnelles et personnelles peuvent être nombreuses et s’enchaîner rapidement, nous laissant peu de temps pour atteindre la phase d’acceptation de chacune.

De plus, quand les objectifs ne sont pas atteints, on vit alors un échec et une transition difficile.

En découlent découragement et doutes sur nos choix, nous poussant à opposer une plus grande résistance au changement dans les changements suivants.

Pour affronter une transition de vie, chaque individu va faire appel à ses expériences passées pour mettre en place une stratégie d’adaptation lui permettant de faire face à cette nouvelle transition.

Une définition de l’intelligence = la capacité à s’adapter

Cependant, dans certains cas, la stratégie de « gestion de la transition » est elle-même basée sur de mauvaises transitions vécues dans le passé et rendent plus difficiles les nouvelles adaptations.

 

les changements dans le travail peuvent être vus et vécus comme une dévaluation de l’expérience passée! 

Ceci pourrait expliquer pourquoi les jeunes, qui ont investi moins de temps et d’efforts dans l’apprentissage des anciennes façons de faire, trouvent plus facile de s’adapter aux nouvelles façons de faire.

Tout changement entraîne certaines réactions : lesquelles?

  • L’incrédulité
  • L’opposition
  • La colère
  • L’acceptation
  • L’adaptation

L’opportunisme ………………..

On distingue en général 3 phases dans la transition :

1. le renoncement à la situation actuelle, c’est à dire la fin de cette situation

La phase d’une transition est une fin, qui implique de faire le deuil de la situation que l’on quitte.

Cette phase peut se révéler douloureuse, même dans le cas d’un changement désiré.

De plus, elle peut renvoyer à d’autres pertes passées et aux émotions qui s’y rattachent.

Cette phase laisse place à un vide, parfois angoissant, que l’individu va chercher à quitter au plus vite. Cependant, elle est un passage obligé à toute transition.

2. la zone neutre, marquée par l’incertitude et le doute le temps de la réflexion sur soi et de la réorientation

Cette phase se définit par un temps de vide et de questionnements, souvent inconfortable, et pourtant indispensable pour sortir de ses habitudes passées.

La vivre pleinement, en analysant ses émotions, permet de se réorienter, de se réinventer intérieurement et d’aboutir à la transformation essentielle qui s’effectue lors de toute transition

3. le nouveau départ, c’est à dire l’intégration de la nouvelle situation L’acceptation, un nouveau départ.

. Phase de clôture de la transition, l’acceptation replace l’individu dans l’action, validant ainsi l’aboutissement de sa phase de réflexion.

Prêt à vivre la nouvelle situation, il saura saisir les occasions qui feront de ce changement une nouvelle opportunité.

Toutes les réactions face à un changement sont générées par la PEUR!

Tout changement fait peur même s’il n’est pas dangereux!

L’être humain est ainsi constitué qu’il ressent toute modification de son environnement comme dangereuse.

 

Reste que tout changement de situation ou de contexte, subi ou choisi, génère de l’inquiétude.

Plus l’anxiété est forte, plus notre capacité à nous adapter se trouve entravée.

La peur est la première expérience de la vie

En venant au monde, le bébé quitte la sécurité du ventre maternel pour arriver dans un univers inconnu où il craint d’étouffer, d’avoir froid, d’avoir faim, d’être abandonné…

 

Marqués par cette expérience primitive, nous développons toute notre vie des stratégies pour endiguer nos peurs.

MAIS nous possédons un atout maître : notre aptitude à choisir et à réagir.

Comment dompter notre peur de l’inconnu ?

→ Considérer cette angoisse comme naturelle et légitime.

→ Vaincre nos angoisses afin qu’elles ne paralysent pas nos capacités à agir nécessite donc un véritable dépassement de soi.

Considérer cette émotion comme indispensable

Non seulement la peur est normale, mais elle est surtout utile.

Elle indique qu’il va falloir se remettre en question, mobiliser ses compétences, son énergie!!!

Identifier ses peurs et les exprimer clairement est une manière d’y faire face.

Nommer ses craintes est une bonne manière de faire le tri entre les peurs réelles, fondées sur des éléments objectifs, et les peurs imaginaires. Nous avons une tendance naturelle à voir tout de suite les conséquences négatives d’un changement

(Sauf si…………..

Je chasse les idées négatives

et

 

Prendre appui sur vos propres capacités et ressources

Faites l’inventaire de ce que vous avez de solide, des capacités et des talents sur lesquels vous pouvez compter.

La connaissance de ses ressources personnelles et la certitude qu’on peut prendre appui dessus en toutes circonstances atténuent la peur de l’inconnu.

→ Se remémorer les épreuves que l’on a déjà traversées et identifier ce qui nous a permis de les surmonter.

Nous avons tous en nous cette capacité d’adaptation, même si nous n’en avons pas conscience

Faire preuve de patience envers vous-même.

On oublie parfois qu’un changement nous pousse à sortir de notre zone de confort.

Pendant ces moments plus exigeants, il faut se laisser du temps pour se respecter et reconnaître que nous vivons une situation différente de nos habitudes. Prendre conscience de votre pouvoir d’action et de décision

Face au changement, la passivité est l’attitude la plus dangereuse

→ Mettre en place notre capacité de

 

 

Qui consiste à prendre acte d’un « traumatisme » , à apprendre à «vivre avec» et à rebondir en changeant de perspective, voire même à se délivrer du passé pour en sortir grandi et aller de l’avant.

On peut donc décider de s’adapter ou de subir.

Opter pour l’adaptation, grâce à la résilience c’est continuer à exercer sa liberté afin de vivre le changement à sa manière.

Laisser un commentaire

Top

Catherine Pierrat, psychologue pour enfant, adolescent, adulte et couple à Aix-en-Provence.

220 avenue André Chamson 13080 Aix-en-Provence, Luynes

+33 6 22 78 56 20