Catherine Pierrat, Psychologue à Aix, Luynes

220 avenue André Chamson 13080 Aix-en-Provence (Luynes)

Psychologue Aix-en-Provence
Psychologie adultes / / Par Catherine Pierrat

Pourquoi et comment avoir une attitude positive en équipe au travail (et ailleurs)?

Je vous propose de réfléchir sur nos comportements, nos attitudes, nos postures, nos discours et même nos pensées…..qui sont sous tendus par notre « être » et qui peuvent faire que nous nous sentions mal ou….BIEN au travail !

Être bien, c’est ce à quoi nous aspirons tous que ce soit dans notre vie personnelle ou professionnelle.

Cette réflexion va vous aider dans tous les domaines et vous permettre de mieux appréhender les relations aux autres, car nous évoluons et travaillons avec d’autres personnes, en groupe.

Je souhaite partager avec vous les analyses de situation rencontrée dans ma pratique de psychologue. Je reçois des patients en thérapie depuis plus de 30 ans à Nice et Aix.

Mais tout regroupement de personnes ne constitue pas forcément une équipe, qui peut se réduire à un agrégat, c’est-à-dire à un ensemble d’individus unis par la simple proximité physique, mais sans liens entre eux, comme par exemple dans une file d’attente.

Qu’est ce qui fait d’un groupe…………..….une équipe?

Dans une équipe, CHAQUE membre a sa responsabilité propre envers les autres membres mais aussi envers lui même.

Équipe : Compétences • Enthousiasme • Respect • Objectifs communs • Solidarité • Valeurs partagées • État d’esprit positif • Énergie

La personne que nous sommes détermine comment nous voyons les autres.

Notre perception dépend plus de notre façon de les voir que de leurs véritables caractéristiques.

CHACUN a le pouvoir d’élever les gens ou de les rabaisser et n’oublions pas que chacune des personnes que nous rencontrons a le potentiel de nous apprendre quelque chose.

CHACUN a le pouvoir d’influencer l’ambiance de travail, le climat………

CHACUN a le pouvoir et aussi le devoir de changer son attitude.

L’attitude a une grande importance. Elle fait réellement la différence non seulement dans le travail ou dans le domaine sportif mais aussi dans notre vie sociale, personnelle…. Et sur notre santé physique et mentale.

De nombreux médecins sont aujourd’hui convaincus que les « chances » de guérison sont supérieures chez une personne ayant une attitude positive. Des études sont venues confirmer cette intuition.

Si l’attitude ne fait pas tout… elle  est un des éléments qui contribuent à faire toute la différence dans notre vie, et la bonne nouvelle c’est qu’elle est entièrement sous NOTRE responsabilité.

Chacun d’entre nous peut changer et transformer sa façon de penser, d’agir et de percevoir:Il faut juste remplacer les pensées négatives par des pensées positives, troquer les mots nocifs pour des mots doux………

Et déclencher en nous la « positive attitude »!

Pour cela, nous allons utiliser notre cerveau!

Le cerveau ne peut ressentir qu’une seule émotion à la fois. Notre cerveau ne peut à la fois être positif et négatif en même temps.

Ce qui va nous permettre en quelque sorte de « duper notre cerveau ».

Si vous adoptez la positive attitude et mettez du positif partout, le négatif ne pourra pas faire surface. 

Donc ne restons pas passifs par rapport à notre environnement, réagissons à l’aide d’actions positives et effaçons rapidement notre négativisme latent.

Quel est l’avantage d’une attitude positive ?

Cela peut se résumer par : le mieux-être, le vôtre et celui de ceux que vous côtoyez.

Ce mieux-être comprend:

une meilleure santé,

une plus grande énergie due à la baisse de votre niveau de stress,

davantage de concentration

et enfin être apprécié sans arrière-pensée par votre entourage.

Qu’est-ce qu’avoir une attitude positive ?

*Considérer la bouteille à moitié pleine plutôt qu’à moitié vide.

*Trouver au moins un aspect positif dans toute situation

*Avoir le réflexe de s’orienter rapidement vers la recherche de solutions plutôt que de rester collé aux problème.

*Imaginer la réussite de ce que vous entreprenez quel que soit votre objectif, la nature de votre projet.

*Prendre le temps d’accueillir quelque chose de nouveau plutôt que de le rejeter trop vite

*Conserver l’idée du but atteint dans les épreuves

*Éviter de faire subir aux autres notre stress (colère, plainte, « engueulade », impatience, négligence…)

*et bien sûr une base parfois oubliée : ne pas médire et ne pas nuire.

La positivité est un peu comme un muscle!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Si vous ne l’entraînez pas, il va logiquement rester faible. 

Au contraire, si vous l’entraînez et que vous l’exercez régulièrement, ce « muscle va se renforcer » et votre aptitude à être positif et à penser plus positivement va s’accroître.

Il faut d’abord: couper l’accès aux pensées négatives!!

Nous avons environ 50 000 pensées par jour.

Certaines proviennent de l’intérieur de notre tête et peuvent être difficiles à gérer… Cela demande un véritable travail personnel.Un grand nombre de pensées négatives viennent de l’environnement extérieur.

Et sur celles-ci, il est très simple d’agir! Si on mange mal, on se sent mal.

 Et bien avec l’esprit, c’est le même principe : si on le « nourrit » mal avec des regrets, de la peur, de la violence, des pensées négatives.., on se sent mal.

ATTENTION: le négatif est contagieux.

Maintenant que nous avons identifié, supprimé ou au moins diminué le « négatif entrant », nous pouvons commencer à augmenter petit à petit le positif entrant.

La première chose: repérer et s’entourer de personnes et de choses positives.

Une des caractéristiques des personnes positives est qu’elles « consomment » plus de positif que de négatif. Au début, beaucoup d’entre nous doivent se forcer.

On est mal, on ne voit rien de positif, et on voit difficilement comment on pourrait l’être.

On se dit qu’on ne pourra jamais être comme ça… mais c’est faux.

Il suffit de s’entraîner. Et comme pour chaque entraînement, au début il faut se forcer. Se motiver, rester discipliné, et ce même (et surtout) si on ne voit pas encore les bienfaits.

La positivité, c’est un peu comme planter des graines.

Semez-en le plus possible (une graine= une pensée positive), et vous récolterez les fruits plus tard. Mais vous récolterez seulement si vous arrosez votre positivité souvent et suffisamment !!!

5 exercices pour être plus positif

1 – Prendre conscience de sa négativité

La négativité vient soit de l’extérieur, soit de nous-même. Nous devons donc apprendre dans un premier temps à l’identifier.

2 – Accepter votre négativité, puis essayer de la transformer en positif

Vous venez d’identifier une pensée négative. Vous ne la repoussez pas, vous l’acceptez, mais vous prenez tout de suite la décision de chercher du positif. L’objectif étant de remplacer une pensée négative en pensée positive.

Ex: Vous vous levez et vous voyez qu’il pleut.

Là, une pensée négative arrive: « Trop nul, il pleut, ça va encore être une journée de … »

Vous venez de prendre conscience de la négativité, et vous cherchez tout de suite à la remplacer par du positif :

Ok là j’étais en train d’être négatif… le positif c’est quoi ici? les paysans vont être contents, leurs salades vont être arrosées. Ou …il pleut, super, je vais pouvoir mettre mes bottes de pluie… »

3 – Trouver 5 choses positives en fin de journée:

À la fin de chaque journée, pensez ou notez sur un carnet 5 choses positives qui vous sont arrivées pendant la journée.

Il n’y a pas de grandes et petites choses positives

Si vous n’y arrivez pas, continuez. Forcez-vous. Car aujourd’hui vous ne trouverez peut-être qu’une chose positive… mais plus vous ferez cet exercice, et plus vous en trouverez.

4 – Repérer ce qu’il y a de positif tout au long de la journée

Si vous voulez progresser encore plus vite, vous pouvez faire cet exercice tout au long de la journée.

À chaque fois que vous identifiez du positif, repérez-le.

Et à chaque fois que vous vous prenez en flagrant délit de négativité, essayez de  remplacer tout de suite le négatif par quelque chose de positif.

Apprenez à repérer la positivité dans les plus petites choses : un sourire,une parole,

un oiseau, un rire d’enfant, manger un fruit…

Fabriquez votre « bibliothèque » de choses positives

5 – Se nourrir de pensées positives

La positivité est un cercle vertueux

Plus vous êtes positif… et plus vous êtes positif. 

Plus vous apprenez à voir du positif, et plus vous en voyez. 

Plus vous nourrissez votre esprit de positif, et plus cette même positivité resurgit ensuite dans vos pensées.

 Pour améliorer spécifiquement le bonheur au travail, en plus de cette attitude positive, d’autres ingrédients y participent:

La gentillesse : un bien nécessaire

 Nous avons tous un besoin élémentaire et capital de gentillesse et de bienveillance qui fonctionne dans les deux sens: elles sont un bien nécessaire:

à notre équilibre psychologique,

à nos liens sociaux,

autant qu’à notre efficacité professionnelle et

à notre intelligence collaborative.

Car la gentillesse = une alternative au chacun pour soi, à l’individualisme idiot et à la dictature de l’intérêt personnel.

Elle permet de conjuguer nos propres besoins avec ceux des autres

Distillons donc la gentillesse:

Pour créer des vases communicants et nourrir l’estime de nous-mêmes et celle des autres.

Pour satisfaire nos besoins fondamentaux d’appartenance et de reconnaissance et ceux de notre entourage.

Pour nous appuyer sur le soutien et les encouragements, pour apporter notre soutien et nos encouragements.

Pour trouver notre place et laisser la leur aux autres.

Pour être en mesure de s’entraider et renforcer l’esprit d’équipe.

Pour donner le meilleur de nous-mêmes par envie et motivation, plutôt que la moitié du meilleur par contrainte.

Pour jouir d’une meilleure humeur et baigner dans celle des autres.

Pour produire des vitamines mentales sous forme de sirop relationnel plutôt que de bile.

Pour interagir et collaborer en confiance.

La gentillesse: preuve de force de caractère et de courage

L’absence de gentillesse naît de la peur de l’autre: j’ai peur de l’autre donc je l’écrase, et je me convaincs moi-même que je suis plus fort.

Oser être l’initiateur de la gentillesse dans un monde qui nous paraît parfois incivil, parfois violent, parfois indifférent, c’est avoir le courage et la force de caractère de cesser enfin de lutter pour enfin construire.

La gentillesse est une grande force, la plus constructive de toutes les compétences relationnelles, qui attire la gentillesse en retour, qui nourrit le plaisir, le sentiment de satisfaction, d’appartenance,de reconnaissance, les besoins affectifs, l’estime de soi, autant de celui qui la prodigue que de celui qui la reçoit.

Bien entendu, il ne s’agit ni de courber une échine soumise, ni de tendre une autre joue.

C’est simplement une posture claire et dénuée de brutalité relationnelle, c’est le juste équilibre entre hérisson et paillasson

C’est ce que l’on nomme L’assertivité qui est considérée comme l’art de faire passer un message difficile sans passivité mais aussi sans agressivité.

Ce n’est pas une technique mais une attitude.

Considérée comme fondamentale pour la communication non violente.

L’assertivité c’est : 

*Parler aux autres comme nous aimerions qu’ils nous parlent.

*Oser dire les choses que l’on ressent, faire un compliment ou encore reconnaître la valeur des autres.

*Faire des demandes concrètes et précises, avec délicatesse, plutôt que des “critiques constructives” qui ne le sont que pour ceux qui les expriment

*S’affirmer sans aplatir les autres sous le poids de nos valeurs plaquées en vérités universelles, mais expression pure de la subjectivité.

*Exprimer ses accords et désaccords, ses opinions de façon aimable.

*Faire preuve de politesse et de savoir vivre qu’on espère des autres.

*Accorder de l’importance aux autres par l’écoute, l’empathie plutôt que de les juger.

*C’est exprimer ses besoins avec force et dignité, sans pleurnicheries ou exigences.

*Entendre les besoins des autres et y apporter une réponse, dans la mesure de nos moyens.

*Savoir dire non et recadrer des comportements négatifs avec élégance et fermeté.

*Être exemplaire de ses valeurs et de ses convictions

*Pratiquer l’entraide et la solidarité, dans la mesure de nos moyens.

*Savoir présenter des excuses avec simplicité et sincérité lorsqu’on a heurté quelqu’un.

Quelques mauvaises habitudes à éviter au travail.

Être jaloux des collègues :

Faire preuve de jalousie ne met pas en avant nos qualités et nos talents, mais attire l’attention sur les points forts des autres.

Tout prendre personnellement :

tout prendre comme une attaque personnelle nuit à la qualité des relations au sein de l’équipe. Prendre un commentaire de manière trop personnelle entraîne de nombreuses déceptions, frustrations.

Jouer les victimes :

Vous poser sans cesse en victime a un effet néfaste. Nous sommes tous plus forts que nous le pensons, nous sommes tous capables de changer beaucoup plus de choses que nous le pensons.

S’emporter pour un rien :

Lorsqu’elles ne peuvent plus être contenues, des émotions comme la colère et la rage nuisent considérablement à l’ambiance au sein d’une équipe. Un peu d’aide et un point de vue neuf et objectif peuvent heureusement faire des miracles.

Ne pas savoir se mettre à la place des autres :

Les personnes qui manquent d’empathie risquent de nuire à l’ambiance qui règne sur le lieu de travail.

Ce problème vient parfois du fait que certains pensent que blesser les autres les aidera à se sentir mieux.

Mentir et taire la vérité :

L’intégrité est un facteur clé de réussite.

Des demi-vérités et des mensonges vous feront perdre la confiance des autres.

Mieux vaut donc être honnête au travail, même si cela n’est pas toujours facile.

Chercher tout le temps l’approbation des autres :

Les gens qui cherchent constamment à obtenir l’approbation des autres sont très embêtants pour leur entourage.

Ils sont à tout moment en quête de feed-back positif.

En plus d’être énervant et épuisant, un tel comportement nuit à l’ensemble de l’équipe.

Être obstinément perfectionniste :

Si personne n’est parfait, nous nous montrons bien souvent perfectionnistes.

Pourtant, nous savons qu’il est impossible de ne jamais faire d’erreurs et que la perfection n’est pas de ce monde.

Le perfectionnisme engendre stress, angoisses, et frustrations :

Le mieux est l’ennemi du bien

Des idées pour garder une attitude positive

*Contrer les déclarations négatives par des positives :

Ne laissez pas une déclaration négative vous abaisser. Par contre, combattez la avec une autre qui est positive.

*Sourire :

Le sourire est un vaccin contre la négativité

En ayant un sourire sur votre visage, vous vous créerez un état d’esprit positif. Cela permet aussi de dissuader les personnes négatives.

*Se tenir à distance des personnes négatives :

Si vous avez l’occasion d’être avec des personnes qui vous font sentir mal à cause de leur négativité, alors, passez moins de temps avec eux et encouragez-les à être plus positifs.

*Combler votre esprit avec les choses positives :

Votre esprit doit constamment être rempli de choses positives.

Lisez des livres motivants et inspirants,

Écoutez les chansons qui vous rendent heureux,

Pensez aux belles choses auxquelles vous rêvez.

L’objectif ici est de garder constamment dans votre esprit des choses positives et éliminer tout ce qui peut être négatif.

Il vous arrivera bien sûr de penser à des choses négatives. C’est normal.

Cependant, quand vous vous surprenez en train de penser négativement, orientez vite vos pensées sur quelque chose de positif.

*Rire très souvent :

Ça fait du bien de rire ! Et si vous voulez rire souvent, vous pouvez regarder des films comiques, ou encore passer beaucoup de temps avec des gens qui vous rendent joyeux.

*Adopter la gratitude attitude

Éprouver de la reconnaissance pour les autres, mais aussi pour ce qu’il nous est donné de vivre est bien plus qu’une vertu morale ou une qualité de cœur.

La gratitude est aussi un moteur de bien-être pour celui qui veut bien la faire grandir en lui en la travaillant au quotidien.

La gratitude est bénéfique à l’estime de soi, car elle augmente le sentiment d’appartenance à un groupe, à une lignée, à une collectivité humaine.

Selon les dernières études américaines en psychologie positive, la gratitude participerait activement à la bonne santé émotionnelle de ceux qui en font un usage régulier.

Renforçant les liens sociaux, la gratitude affaiblit aussi les émotions négatives et procure un sentiment de bien-être durable

Laisser un commentaire

Top

Catherine Pierrat, psychologue pour enfant, adolescent, adulte et couple à Aix-en-Provence.

220 avenue André Chamson 13080 Aix-en-Provence, Luynes

+33 6 22 78 56 20