Catherine Pierrat, Psychologue à Aix, Luynes

220 avenue André Chamson 13080 Aix-en-Provence (Luynes)

Psychologue Aix-en-Provence

La thérapie de couple

Cet article sur les difficultés au sein du couple m’est inspiré d’une longue pratique de la thérapie de couple durant laquelle j’ai rencontré des dizaines d’hommes et de femmes.

Certains  sont venus me consulter  trop tard en espérant trouver en moi une fée qui «  fée » des miracles avec sa baguette magique,  et heureusement pour la plupart, les couples que j’ai aidés sont venus avec leur histoire, leurs problématiques, leurs difficultés qu’ils ont réussi à identifier, puis à dépasser grâce à différentes techniques, exercices…..mais surtout grâce à leur volonté commune de « sauver leur couple ».

Cependant, il arrive également que la thérapie de couple révèle un mal être de couple profond et la solution est alors d’envisager une séparation dans les meilleures conditions pour l’un et pour l’autre. Et dans ce cas de figure, l’intervention de la psy est également utile afin que la séparation se fasse en évitant les réactions de haine, voire de violence et surtout en préservant les enfants.

Séparation ou non, le but de la thérapie de couple est avant tout qu’aucun des partenaires ne soit lésé ni frustré au sein de la relation.

Parfois, il apparaît que l’un des deux partenaires connaît une difficulté personnelle  profonde qui non seulement déteint sur son couple mais aussi sur sa propre situation.

Il est alors conseillé de compléter par une thérapie individuelle.

Quand faut-il consulter et débuter une thérapie de couple ?

La thérapie de couple ne s’envisage pas uniquement lorsque les problèmes deviennent aigus.

Beaucoup de couples viennent consulter après des mois voire des années de rancœur et de frustration accumulées, et le travail est alors beaucoup plus long et difficile.

Au contraire, plus les problèmes sont  traités rapidement, plus ils ont de chance de se résoudre et de ne pas arriver à un point de non-retour.

Quelles sont les raisons de prise de rendez-vous les plus fréquentes ?

Quelques exemples :

*Infidélité

*Disputes fréquentes et récurrentes  avec de la violence verbale et/ou physique

*Mal être et frustration dans la vie au quotidien

*Divergences quant à l’éducation des enfants

*Jalousie

* Problèmes de communication

*Divergences éducatives

*Difficultés sexuelles

*Couples interculturels

*Maladie, handicap

*Familles recomposées….

*Évolution différente et éloignement progressif

Très souvent, le premier motif évoqué pour la thérapie de couple n’est en fait que le symptôme,  le révélateur d’un malaise profond et/ou d’autres difficultés dont le couple n’avait pas conscience.

Par exemple, un couple peut venir suite à une infidélité et dans ce cas, il y a tout un travail à faire autour de la confiance, de la réparation, du pardon, des valeurs du couple….

L’adultère, même si c’est une dure épreuve pour le couple n’entraine pas forcément la fin !

Au fil des rencontres le psy doit  « détricoter » les causes réelles qui ont amené le couple à cette infidélité (ça peut être une frustration sexuelle, un burn out du couple….).

Car si la problématique aigüe (la tromperie) arrive à être dépassée et peut être résolue, le non traitement de fond ne fera que reporter les problèmes et générera dans le temps d’autres crises sous différentes formes.

Quel est le rôle du psy et ses outils ?

 

Tout d’abord, il est important de savoir que le psy de couple n’est ni un avocat, ni un juge ni un arbitre et il n’est pas là pour chercher les torts de l’un ou de l’autre.

Mon rôle est de  faciliter la communication émotionnelle, accompagne avec empathie et neutralité deux personnes qui n’arrivent plus à se parler, à s’écouter, à se comprendre, à se supporter….afin de rétablir une communication, un lien et l’envie de continuer (ou pas) l’aventure !

J’interviens de manière interactive et intégrative en fonction de chaque problématique avec diverses approches qui peuvent se compléter :

*systémique en remettant le couple au sein du système familial (enfants, famille et belle-famille)

*analytique pour démêler et rechercher en profondeur  les principaux mécanismes de chaque membre du couple et le fonctionnement du couple dans la vie quotidienne

*sexo thérapeutique où l’on travaille sur la sexualité du couple avec des attentes et des frustrations souvent accumulées au fil des années

*comportementaliste où je propose des clés, exercices et outils très concrets et pratiques pour la vie au quotidien. C’est ainsi que le couple a souvent des « devoirs «  à faire pour la séance suivante!

Le sujet le plus évoqué et travaillé en thérapie de couple est la communication car non seulement les hommes et les femmes ne parlent pas le même langage, mais il peut y avoir aussi des différences familiales, culturelles, sociales…..

Les outils de communication comme la communication non violente, l’empathie, l’écoute active, la reformulation, la traduction…..sont utilisés et adaptés à chaque cas.

Comment se passent les séances ?

Après la(les) première(s) séance(s) où le couple raconte son histoire et où chacun explique ses problèmes, ses frustrations…il est important de déterminer les objectifs du couple.

Chacun doit aussi verbaliser et baliser ses besoins et ses attentes vis-à-vis du couple et du partenaire.

La séance est un moment privilégié pour le couple où chacun est en écoute active, peut s’exprimer librement, en toute sécurité, aborder des problèmes souvent inabordés à la maison parce que considérés comme tabous.

La présence du psy libère la parole car celui-ci sert de « traducteur », de « décodeur » entre deux personnes qui ne parlent plus le même langage.

Au-delà de la parole et avec différentes techniques, lorsque raconter ne suffit pas, les jeux de rôles par exemple, par une mise en scène d’événements précis de la relation conjugale, amènent chacun à prendre de la distance et à objectiver, relativiser les situations, ce qui apporte une meilleure compréhension et peut provoquer de véritables prises de conscience.

Le jeu et l’humour sont aussi des moyens très efficaces dans la thérapie de couple car ils remettent de la légèreté dans la relation, légèreté qui est une des clés de la pérennité d’un couple.

Mais le travail du couple ne se fait pas seulement durant les consultations : entre chaque séance, le couple est invité à faire des exercices qui peuvent être très divers comme par exemple :

* écrire la liste de ce qu’il aime dans les relations intimes

* organiser une soirée surprise

*utiliser un « mot de code d’alerte » lorsque le ton de l’échange dérape

*se remémorer pourquoi et pour quoi on est tombé amoureux (se)

*communiquer sans parler en se touchant (la communication du couple n’est pas qu’un échange de mots, c’est aussi un échange de peaux !)

*mettre en place des rituels de couple (« réunion point » avec un bilan et des objectifs autour d’un apéro chaque semaine)

*commencer une activité à deux (cours de danse, randonnées en montagne…) etc….

La fréquence des séances dépend des cas, mais en général une séance toutes les deux ou trois semaines permet au couple de « décanter » tout ce qui a été exprimé en séance et de mettre en place les « exercices » préconisés.

Quant au nombre de séances, il est tout à fait impossible de le déterminer : parfois, une séance suffit à débloquer une situation, et parfois un suivi sur plusieurs semaines est nécessaire si les problématiques sont nombreuses et/ou complexes.

Les conditions nécessaires au bon déroulé des séances et de la thérapie ?

*La sincérité : mentir ou cacher des choses en séance ne sert à rien et ne peut que bloquer le processus de travail.

Parfois, lorsque je perçois des « non-dits » lors des premières séances, je propose de rencontrer individuellement chacun des partenaires pour dénouer avec chacun une problématique et amener celui qui « cache des éléments », à les exprimer à la séance de couple suivante.

Par exemple, il arrive  qu’un couple se présente pour des difficultés  de communication et exprime son souhait d’améliorer leur relation. Mais en recevant chacun séparément l’un des deux « m’avoue » avoir rencontré quelqu’un et ne pas savoir quoi faire, ni comment faire pour quitter son conjoint….. il (ou elle) compte alors sur moi pour l’aider!

*L’implication et la motivation

Dès la première séance, l’implication et la motivation apparaissent à travers les paroles, les comportements…Certains conjoints viennent « sous la contrainte » et le verbalisent directement, d’autres ne jouent pas le jeu, font semblant  et cela se traduit par des difficultés à trouver les créneaux horaires pour les séances, des retards ou des oublis de rendez-vous….

Une thérapie engagée sur ces bases ne peut être que vouée à l’échec !

Les principaux ennemis du couple :

*L’absence de sentiment amoureux

* La routine, le quotidien

*L’arrêt de la séduction, le laisser aller

*Le manque de dialogue, les non-dits

*Les écrans divers et variés (téléphone, tablette, jeux vidéo……)

*Un manque de présence physique et/ou psychique à cause du travail, des enfants, d’activités

*La rancœur, la jalousie

*Les critiques

*L’interprétation (négative) de ce que l’autre dit, pense ou ressent

*Les rapports de force

*La gestion de l’argent

*L’idéalisation du couple (non, la vie de couple n’est pas comme dans les contes de fées)

*La famille et les amis s’ils sont trop envahissants

 

Les piliers et sauveurs du couple :

 

 

L’AMOUR (Même si s’aimer est nécessaire mais pas suffisant !)……………….PLUS :

*Les valeurs et les projets communs

*La gestion des conflits et la communication bienveillante

*Le toucher (tendresse et/ou sexuel)

*L’humour

*Les projets communs

*La complicité

*La culture de couple avec ses secrets, ses rituels, ses souvenirs, ses « private jokes » qui sont un véritable ciment de l’union

*La tendresse et l’estime (à cultiver sans modération)

*La légèreté, l’empathie, la tolérance et la patience

*Le respect de l’autre en n’essayant surtout pas de le changer

*La juste distance et le juste équilibre entre le besoin de fusion et le désir d’autonomie

*L’entretien de la flamme avec de l’imagination et de la créativité

Rien n’est acquis !!!!